Les meubles traditionnels du Japon sont nés au VIIè s. A l’époque, seuls les riches pouvaient se permettre de meubler leurs maisons. De plus, ces aménagements sont vraiment très peu variés, ils ne sont en général constitués que de simples ameublements de base dénués de confort pour les personnes peu habituées. Seul l’extérieur du meuble japonais bénéficie du laquage. Par ailleurs, ces installations étaient à l’époque destinées au rangement uniquement.

De nos jours, le privilège d’avoir des maisons meublées revient à davantage d’habitants japonais et les rôles décoratifs des mobiliers sont plus considérés. Cependant, le style des meubles traditionnels n’a pas vraiment changé et demeure toujours aussi rustique. Cet état de fait est valable aussi bien pour le salon que pour la chambre ainsi que pour les séparations des pièces.

Le salon traditionnel japonais.

Logiquement, le salon est la pièce principale où l’on reçoit les invités. De ce point de vue, le salon japonais est donc la salle où l’on boit le thé traditionnel. Ce salon est sommairement meublé. Une table basse, également appelée en japonais Chabudai, sert à servir les repas et, bien évidemment, le fameux thé. Elle est fabriquée à partir de matières premières naturelles comme tout meuble asiatique digne de ce nom. Ces dernières sont triées scrupuleusement. Les matériaux les plus utilisés sont la pierre, le papier, le bambou, la paille et le bois. Autour de cette table, si l’on a l’habitude de chaises et de fauteuils, les Japonais, eux, ont décidé d’opter tout simplement pour des coussins. Ils appellent ces « sièges » des Zabuton.

En guise de tapis, les Japonais n’adoptent qu’un simple tatami fabriqué à partir de matériaux bruts et isolants, plus précisément des pailles de riz. Les dimensions d’un tatami sont standardisées, à savoir 190cm x 80cm. Il faut noter que ces mesures sont moins importantes que celles d’un lit monoplace. La tradition veut également qu’il faut absolument se déchausser avant de pouvoir marcher sur le tatami, d’où cette habitude nipponne de marcher pieds nus. L’une des vertus de cette « carpette » est qu’elle permet de maintenir une douce température aussi bien en été qu’en hiver. Voilà en gros comment un salon traditionnel japonais est meublé.

La chambre nipponne traditionnelle.

Dans ce pays, le lit n’existe pas. Seul un simple matelas, appelé Futon, sert de couchette. Il s’agit d’une très fine et très dure paillasse en coton d’une épaisseur de 8 cm tout au plus. Selon la tradition nipponne, la chambre et le salon ne font qu’une seule pièce. Ce Futon est donc déroulé sur le tatami la nuit et est rangé dans une armoire à ouverture coulissante appelée oshiire la journée. Ces petits détails constituent la chambre japonaise traditionnelle.

Les séparations des pièces japonaises.

Les artisans nippons ont fabriqué des meubles spécifiques dans le but de séparer les salles les unes des autres. Il existe le shoji qui est un panneau coulissant formé de planches de bois et de diaphane de couleur claire, de façon à éclairer indirectement la pièce. On pourra dans cette pièce faire par exemple un massage Japonais. L’on trouve également le fusuma, de la même taille qu’un tatami, qui est une porte coulissante opaque. Le byobu, également appelé « mur de vent », est un écran fabriqué uniquement à partir de papiers décorés et peints. Les Japonais se dispensent de murs véritables pour séparer les salles les unes des autres. L’on remarque donc que le mobilier japonais est très simpliste, mais cela veut pas dire pour autant qu’il n’est pas dénué de charme. Par ailleurs, le style nippon possède certaines caractéristiques très attrayantes. La devise des Japonais concernant leurs meubles traditionnels semble être la suivante: « simple, efficace et beau ».