Malgré la domination de la civilisation chinoise dans le milieu de la fabrication des meubles, les objets produits par les autres pays asiatiques ne sont pas négligeables, à l’instar des mobiliers japonais ou tibétains.

Les meubles d’origine tibétaine.

Malgré les différentes similitudes avec les meubles chinois, les mobiliers tibétains sont tout aussi originaux et leur plus grande particularité est la simplicité. Les meubles du pays du Dalaï-lama se rapprochent des objets chinois dans la mesure où tous les deux favorisent la couleur rouge. Les meubles tibétains sont généralement ornés d’éléments décoratifs faisant allusion à la religion tels que les images de dragons ou de fleurs de lotus. Ces derniers sont également très colorés et disposent de trois caractéristiques clés, à savoir une solidité irréprochable, des formes simples ainsi qu’une praticité exceptionnelle.

La solidité de ces mobiliers tibétains vient du fait que leur assemblage se fait par l’intermédiaire de chevilles et de mortaises. Les meubles ainsi fabriqués ont l’avantage d’être démontables à souhait tout en étant très solides. Une des raisons permettant cette solidité vient également de la qualité robuste des matériaux utilisés qui sont majoritairement des cèdres ou des bois de la famille des pins. Il est à noter que le cèdre blanc, qui est un bois précieux tibétain, est apprécié pour sa solidité puisque ni l’humidité ni la chaleur n’a d’effet lui. Pour ce qui est de la simplicité des meubles, les tibétains ne sont pas très à cheval sur les formes et préfèrent adopter des lignes simples tels que les objets en forme de carré ou rectangulaires. Enfin, concernant la praticité, les meubles tibétains, du fait de leur simplicité, fournissent un espace de rangement supérieur à leur apparence.

Tous comme les japonais, les tibétains n’usent pas de chaises puisqu’ils s’assoient à même le sol. Il est évident que ces derniers misent sur d’autres mobiliers, à savoir les tables, les coffres et les armoires. Les tables tibétaines sont très riches en matière d’éléments décoratifs ainsi que de couleurs. Elles sont généralement basses puisque les tibétains n’usent pas de chaises et ces tables leur servent pour boire le thé ou pour manger. Certaines d’entre elles sont même pliables et permettent ainsi une facilité de transport. Concernant les coffres tibétains, ces objets ont été jusqu’aux environs du XVIIè siècle les remplaçants des armoires. Ils sont peints tels un tableau sur toutes leurs façades et possèdent une forme généralement rectangulaire. Enfin, concernant les armoires tibétaines, elles sont de véritables œuvres d’art. Ces dernières possèdent toutes pratiquement la même forme et sont très riches en matière de couleurs ainsi que de motifs ornementaux.

Le mobilier ancien japonais.

L’environnement ainsi que la tradition du pays du soleil levant font que les meubles provenant de ce pays sont réduits au strict minimum. Les éléments intérieurs de l’habitat japonais se résument alors au tatami, aux cloisons coulissantes, aux « futon » ainsi qu’aux tables basses. Le tatami recouvre entièrement le sol des maisons traditionnelles japonaises. Il est fait à partir de pailles de riz tissées et sert à maintenir la chaleur en hiver et donner de la fraîcheur en été. Les cloisons coulissantes se subdivisent en trois catégories: le Soji, le Fusuma ainsi que le Byobu. Elles ont pour fonction de laisser passer la lumière, de redimensionner une pièce et servent également de décoration intérieur lorsqu’elles sont recouvertes de peintures. Quant aux « futon », ce sont les matelas traditionnels japonais. Ils sont fabriqués à partir de coton et sont de nature rigide. Enfin, concernant les tables basses japonaises, elles sont le plus souvent ornées d’images de femmes ou de paysages et servent aux repas ou pour boire le thé. Elles sont accompagnées de coussins dénommés Zabuton.